3366763399909077
recent
أخبار ساخنة

وضعية الأطفال في القرن 19(ميلاد مفهوم الطفولة)

الخط







La situation des enfants au XIX e siècle


orphan-c



Bonjour et bienvenue sur le premier site Internet concernant les effets de la société sur l'évolution de l'enfance pendant le dix-neuvième siècle en France. Ce site mettra en contexte l'histoire sociale dès la Révolution de 1789, en s'intéressant en particulier à la législation de l'Etat, y compris les réformes nationales de l'éducation et du travail. On considérera également la représentation des enfants dans les beaux-arts.
Il existe un vrai manque d'intérêt historique pour les enfants, et j'espère inciter à la recherche sur ce sujet fascinant qui amène à la compréhension du bien-être des enfants d'aujourd'hui.

Du point de vue historique, le philosophe Jean-Jacques Rousseau (1712-1778) a été peut-être un des premiers à parler d'une vision de l'enfance dans son oeuvre "L’Emile", en soulignant l'importance de protéger les enfants d'un monde inégal.
L'intérêt national pour les enfants s'est fortifié après la Révolution de 1789 avec la notion de liberté, égalité et fraternité tenu par les partisans de la démocratie pour tous.
C'était en 1800 en Aveyron qu'un enfant sauvage appelé Victor est devenu la pierre angulaire de l'étude de l'intérêt du développement des enfants. Le physicien Jean-Marc Itard (1774-1838), influencé par les idéaux révolutionnaires, a essayé de montrer qu'on pourrait améliorer la condition de vie des enfants pauvres par le biais de l'éducation (3).
Il n'a pas réussi à transformer l'orphelin en homme civilisé, mais Itard a ouvert le chemin de la psychologie des enfants aussi bien qu'un siècle de changements sociaux et idéologiques qui toucheraient le statut des enfants français.

LA REVOLUTION INDUSTRIELLE


ogier

La société française, autrefois dépendante de l’agriculture, a été transformée radicalement pendant l'Empire par l'industrie. Avec l'expansion de la communication nationale et internationale est venu le capitalisme, et les petites entreprises familiales ne pouvaient pas faire concurrence avec le commerce.
Le résultat fut l'exode rural vers les villes comme Rouen, Lille et Mulhouse, qui s'agrandissaient rapidement, et bientôt l'urbanisation a amené des problèmes nouveaux pour la classe ouvrière.
Au début du siècle, il y avait une forte demande pour les femmes et les enfants dans l'industrie, à cause des guerres Napoléoniennes et de la Révolution, des conséquences du manque de main d'oeuvre, et de l'introduction de nouvelles machines.
L'exploitation de l'enfant ouvrier est une image célèbre de la Révolution Industrielle, représentée par Victor Hugo dans le poème "Mélancholia":
(...) Où vont tous ces enfants dont pas un seul ne rit?
Ces doux êtres pensifs que la fièvre maigrit?
Ces filles de huit ans qu'on voit cheminer seules?
Ils s'en vont travailler quinze heures sous les meules,
Ils vont, de l'aube au soir, faire éternellement
Dans la même prison le même mouvement (...) (8)
Les enfants amenaient trois bénéfices principaux aux employeurs; leur taille, leur salaire et leur docilité. Bien qu'ils n'eussent pas d'aptitude, les enfants étaient assez petits pour se glisser sous les machines et fixer des fils cassés.
A cause de leur âge aussi, et leur manque d'expérience, ils recevaient un tiers salaire d'un homme, donc ils servaient de source de travail bon marché. Et, sans position de force, les enfants étaient faciles à manipuler et discipliner (11).
La discipline des enfants était un trait très marquant pendant le XIX e siècle, surtout sous la II e République. Le Code de Napoléon en mars 1804 a augmenté l'autorité patriarcale au point de permettre aux pères d'emprisonner leurs enfants désobéissants pour un mois s'ils avaient moins de 16 ans, et pour un mois s'ils avaient entre 16 et 21 ans.
De la même façon, les enfants assistés qui travaillaient dans l'industrie pouvaient être emprisonnés par l'employeur s'ils essayaient de fuir; voici un exemple de l'exploitation extrême des enfants par le capitalisme. De plus, ils devaient porter un uniforme et rester la propriété de l'employeur jusqu'à l'âge de 21 ans.
Une enquête sur le travail des enfants en 1837 a trouvé que des enfants, même de 5 ans, ont été employés dans l'industrie textile. En 1839 il y avait presque 150,000 enfants entre 7 à 14 ans qui travaillaient dans l'industrie du coton, souvent comme tireur ou rattacheur (10).
Les journées étaient longues, jusqu'à 15 heures pendant la haute saison avec peu de repos, et la fatigue pouvait être fatale, causant des accidents avec les machines.
Les conditions de travail étaient malsaines, bruyantes et dangereuses, et elles avaient un effet néfaste sur la santé et la durée de vie des enfants. Avec un mélange de poussière, de gaz toxiques, d'humidité et un manque de ventilation, les usines étaient le siège de nombreuses maladies, y compris la tuberculose et la pneumonie, s'aggravées par les logements surpeuplés. Il faut ajouter aussi que les travaux qui souvent nécessitaient peu de mouvement (comme la couture, par exemple), aboutirent aux retards de croissance et des colonnes vertébrales déformées (6).
L'exploitation minière a aussi employé des enfants, un sujet traité dans "Germinal" d'Emile Zola. Le danger et la dureté de ce genre de travail décrits par Zola ont été reconnus par le gouvernement en 1813, qui a interdit aux garçons de moins de 10 ans de descendre dans les puits de mine. Pourtant, il fallut attendre jusqu'en 1874 pour que la loi interdise aux filles, aux femmes et aux garçons de moins de 12 ans d'y travailler.
La situation n'était pas ignorée par des réformateurs libéraux; Jean-Jacques Bourcart et Louis Villermé, membres de l'Académie des Sciences Morales et Politiques étaient au premier rang afin de lutter pour une amélioration des conditions de travail. Finalement, le 22 mars 1841 la loi sur le travail des enfants a été proclamée.
Mais on peut analyser l'intervention de l'Etat non seulement comme un moyen pour améliorer la qualité de vie des enfants; c'était également un moyen de préserver la santé des jeunes pour la conscription de guerre et la productivité industrielle. Cela souligne intérêt montré pour le pouvoir économique des enfants au XIX e siècle.
La loi a exigé un âge minimum de 8 ans pour travailler, aussi bien qu'une réduction à 12 heures de travail par jour. L'âge minimum a été accepté par la plupart des employeurs, peut-être à cause de leur besoin en main-d'oeuvre plus efficace plutôt que pour des raisons morales. Pourtant, avec le désir de rentabilité, les heures de travail restées souvent inchangées.
La loi n'a pas abouti à cause des faibles tentatives pour la soutenir, et aussi parce que les inspecteurs ont été sensibles aux familles pauvres qui comptaient sur le salaire supplémentaire. Mais elle a aidé à sensibiliser les gens aux droits des jeunes enfants, en même temps que l'éducation a commencé à attirer l'intérêt du gouvernement.
Le déclin du travail des enfants est arrivé avec l'amélioration des technologies industrielles, plutôt que par l'effet de la loi de 1841. Les employeurs n'avaient plus besoin de tireurs, par exemple, avec l'introduction de rouleaux mécaniques, et graduellement les enfants gênaient plus qu'ils n’aident dans le désir d'augmenter la productivité.
En 1874, la loi sur le travail des enfants et des filles mineures (de 16 à 21 ans) dans l'industrie avait eu plus de résultats. Elle a augmenté l'âge minimum de 8 ans à 12 ans, le travail de nuit a été interdit aux enfants et aux filles mineures, aussi bien que le travail dans les puits décrit plus haut.
La loi concernait aussi l'éducation, parce que le travail des enfants a eu un effet négatif sur le niveau d'alphabétisation. Les enfants de moins de 12 ans devaient être présents un minimum de 2 heures par jour à l'école (souvent située à l'usine), et comme récompense jusqu'à 6 heures par jour s'ils n'avaient pas terminé leur éducation primaire. L'effet de cette législation a été la diminution des enfants de moins de 12 ans dans le main-d'oeuvre, de 6,5% à 1% entre 1876-1886 (9).
La loi de 1892 a encore fortifié la situation en élevant l'âge minimum à 13 ans, et à la fin du XIX e siècle la plupart des jeunes jouissaient d'une plus longue enfance dans la famille et à l'école, loin du monde adulte du travail.
En 1919, l'Organisation Internationale du Travail s'est mise en place, et dès lors les enfants ont profité d'une protection efficace contre l'exploitation par le travail.

L'EDUCATION



morisot_

L'éducation et le travail n'étaient pas des nouveaux concepts pour les enfants au début du XIX e siècle. La vie rurale leur offrait une éducation naturellement adaptée à leur vie quotidienne, et bien que la plupart des enfants ne sussent pas lire ni écrire, ils recevaient quand même l'éducation de la vie.
Ils avaient besoin d'apprendre comment labourer les champs et utiliser des outils; l'alphabétisation n'aurait servi à rien, à la différence d'un apprentissage.
L'enfance des paysans était courte, parce qu'ils entraient dans la vie d'adultes aussitôt que possible pour aider leurs parents. A la fin du XIX e siècle, l'institution de l'éducation obligatoire a redonné une enfance à la classe ouvrière.
La première tentative pour introduire un système d'éducation gratuite et obligatoire en France date du 19 Décembre 1793 pendant la Terreur. Sous la Constitution, la Loi Bouquier a été un moyen pour les Jacobins de renforcer les valeurs de la nouvelle République et du patriotisme, mais ils n'eurent ni les moyens financiers ni le temps d'appliquer leur politique. L'éducation nationale ne fut pas une priorité gouvernementale jusqu'au 1833 avec la loi Guizot.
Les Jacobins ont réussi, pourtant, à mettre en application des législations destinées aux enfants, y compris la réforme du 4 juillet 1793 qui constatait que l'Etat serait responsable des enfants abandonnés. De même, depuis la loi du Novembre 2 1793, les enfants nés en dehors du mariage étaient assurés de leurs droits absolues à la succession (10).
Néanmoins, les réformes du XIX e siècle avaient tendance, en général, à refléter les besoins industriels ou nationaux au lieu des droits démocratiques des enfants.
La loi Guizot avait pour but de réduire le paupérisme et la délinquance, qu'il attribuait au manque de moralité, surtout dans la classe ouvrière. Le programme scolaire soulignait le besoin d'instruction morale et religieuse, avec une insistance particulière sur les histoires de la Bible et les prières (9).
A la différence des lois de Jules Ferry en 1881, la loi Guizot n'a pas exigé que l'éducation fût gratuite ni obligatoire pour deux raisons principales. Tout d'abord, l'économie de la France comptait sur la contribution des enfants ouvriers, et deuxièmement les notables étaient peu disposés à payer des impôts supplémentaires.
Pourtant, la loi a incité à la construction d'une école dans chaque village, et une école normale primaire dans chaque département. Un tiers des communes n'avait pas d'écoles en 1829 sous Napoléon.
Entre 1833 et 1847, le nombre d'élèves est passé de 1,9 million à 3,5 millions. Mais ces chiffres ne sont pas si convaincants quand on se rend compte que l'assiduité des élèves était quelque peu erratique en fonction des besoins des parents, surtout pendant l'été pour les récoltes.
Les taux de fréquentations étaient les plus bas dans les régions rurales, surtout en Bretagne où il y avait de mauvaises communications, une population éparpillée et la pauvreté.
La plupart des familles pauvres avaient besoin du salaire de l'enfant et elles ne pouvaient pas se permettre de l'envoyer à l'école. Guizot a mis en place des salles d'asiles gérées par les religieux qui s'occupaient des enfants âgés de 2 à 7 ans pendant que les mères travaillaient, et à qui enseignaient l'ordre et la discipline.
L'artiste Théodule Ribot en 1860 a évoqué l'ambiance impersonnelle du régime dans le tableau "L'école des enfants", peinte en gris pour souligner la pauvreté et avec un effet de perspective qui amplifie l'innocence et la fragilité des enfants (11).
La loi Guizot a perpétué aussi les divisions des classes sociales; 60% de places à l'école Polytechnique ont été données aux fils de la haute bourgeoisie. L'éducation pour la classe ouvrière était donc un moyen de contrôle plutôt qu'un moyen d'avancement.
La loi Falloux en 1837 qui a exigé la provision d'une école primaire pour les filles dans les communes de plus de 800 habitants a été, on peut dire, un moyen de transmettre les valeurs bourgeoises à la classe ouvrière.
Tandis que les paysans vivaient et travaillaient ensemble, le programme d'études a encouragé la division des rôles, et en 1867 la séparation des écoles fut obligatoire. En 1836, par exemple, les travaux d'aiguille formaient un élément du Programme de l'Etat. (Pour plus d'informations voir l'auteur Colin Haywood "On learning gender roles during childhood" (7) )
"L'école des Orphelins" par François Bonvin a été loué par des critiques au Salon de 1850 pour son commentaire sur l'issue contemporaine de l'éducation de masse, ainsi que "Trois petites filles".
1882 marque, peut-être, la transformation fondamentale de l’éducation nationale en France pendant le XIX e siècle, avec les lois de Jules Ferry. Il a imposé l'éducation de l'Etat gratuite, laïque et, le plus important, obligatoire pour tous les enfants entre 6 et 13 ans.
Sous la III République, le gouvernement a souligné le besoin pour le patriotisme et les valeurs républicaines. L'éducation est devenue la cible des idéologies discordantes, et les lois Ferry étaient une réaction hostile envers l'Eglise Catholique qui avait toujours dominé le système d'éducation en France.
Alors que la loi Guizot avait souligné l'importance de l'alphabétisation et des mathématiques, les lois Ferry ont mis l'accent sur l'histoire et la géographie de la France, avec pour but de créer une génération de républicains qui seraient partisans du gouvernement. Donc les enfants sont devenus les pions dans une bataille idéologique entre les républicains et les cléricaux qui tenaient les valeurs traditionnelles.
De plus, en 1881 les salles d'asiles ont été remplacées par des écoles maternelles pour les pauvres. Elles ont joué un rôle important en exigeant que les enfants prennent un bain chaque semaine et qu'ils n'avaient pas de pou, impératif lorsqu'on considère les conditions malsaines de logement dans lesquelles vivaient les familles populaires (11).
Malgré les efforts du gouvernement, les paysans considéraient l'éducation comme un luxe inutile pour leurs enfants, surtout parce qu'elle enseignait des valeurs bourgeoises en langue française, et beaucoup de paysans ne connaissaient que le patois régional. Il fallu attendre jusqu'au déclin du travail dans l'industrie et l'augmentation de salaires pour que l'éducation devienne une institution respectée par toutes les classes sociales.

LA SCENE SOCIALE A TRAVERS LES BEAUX-ARTS


maternit

Ce n'était pas seulement l'industrie qui avait un effet néfaste sur la qualité de vie des enfants; l'explosion de la démographie de villes comme Saint Etienne a amené des problèmes d'hygiène, de nutrition et de vice.
Les rues étant souvent sans système d'égouts , les maladies se répandaient, et un tiers de la génération née en 1820 est morte avant l'âge de 20 ans. Les problèmes de l'urbanisation ont montré clairement la distinction entre les classes sociales; la nouveauté apportée par l'eau courant pour la bourgeoisie n'a pas profité aux pauvres, et en 1850 seulement une maison sur cinq était branchée à Paris.
La typhoïde et surtout la diarrhée étaient les causes principales de mortalité des enfants, et une alimentation insuffisante diminuait davantage leur résistance aux maladies comme le rachitisme et le scrofule.
Les produits de mauvaises qualités, un manque de vitamines et minéraux et une dominance de la nourriture à base de féculents étaient courants, surtout pendant les crises économiques quand la nourriture était peu abondante. En 1830, par exemple, une famille dépensait environ 30% de son maigre budget sur le pain; en 1900 ce chiffre est tombé à 11%.
Une conséquence des problèmes urbains pour les jeunes était la délinquance, illustrée par le personnage de Gavroche dans "Les Misérables" de Victor Hugo (1862). Le vol était devenu un moyen de survie pour les orphelins et des enfants abandonnés, souvent attirés par des bandes et connus comme les "Apaches". En 1909, le taux de criminalité des jeunes entre 18 et 21 ans a été le triple du taux moyen (1).
La vie était aussi dure pour ceux qui restaient dans les régions rurales. La pauvreté, aggravée par des famines de 1846-7, a été la cause principale de la migration pour beaucoup de paysans à la recherche de nourriture.
L'art est devenu un véhicule efficace pour communiquer la réalité de la vie en France pendant le XIX siècle, et un moyen d'immortaliser l'enfance.
Auparavant, les enfants étaient représentés plutôt comme des chérubins à travers le thème traditionnel de la Vierge et son enfant, les portraits de famille et par les artistes du genre classique (par exemple "La Naissance de Venus" (1863) d'Alexandre Cabanel) (8).
venus_sm
Après la Révolution, la représentation de l'enfant a changé. Des artistes réalistes ont reproduit les épreuves connues par la moitié de la population de France pendant le XIX siècle. Jean François Millet, Honoré Daumier, Gustave Courbet et Adolphe-Félix Cals sont parmi ceux qui ont aidé à élever la situation des paysans en sujet important, et à peindre la dure enfance vécue par la classe ouvrière (11).
La nouvelle image de l'enfant donne une reflet perspicace et sensible de la scène sociale, et souligne la vive opposition entre la bourgeoisie et le prolétariat. L'ambiance de désespoir et de mélancolie représentée par Cals dans "La Paysanne et l'enfant" (1846) tranche avec des peintres impressionnistes comme "Les Rieuses" de Carolus Duran, dans lequel un enfant joufflu est distrait après un repas.
Berthe Morisot et Mary Cassatt ont produit des images douces et innocentes des mères avec leurs enfants. Ceci montre le changement d'attitudes envers la maternité, parce que les mères bourgeoises avaient tendance à envoyer leurs enfants aux nourrices avant de connaître les bénéfices de l'allaitement au sein.
L'augmentation des artistes féminines pendant le XIX e siècle aidée aussi a créer une nouvelle perspective sur la maternité et l'enfance, qui selon la critique Huysmans seulement la femme en est capable (5).
Néanmoins, le portrait des enfants n'était pas toujours celui de la passivité. "Orpheline dans une Cimetière" d'Eugène Delacroix a montré l'enfant comme sujet digne d'intérêt, alors qu’auparavant il jouait un rôle inférieur à celui des adultes (2). L'intensité de l'expression de la fille et l'absence des autres personnages souligne son statut indépendant; une fille avec une enfance perdue et un coeur endurci.
Dans le même esprit, "La Liberté guidant le peuple" en 1831 de Delacroix a fait scandale, en partie à cause du gamin révolutionnaire qui brandit deux pistolets. Il a réussi non seulement à montrer la rébellion contemporaine contre l'ordre bourgeois, mais aussi à sous-entendre l'avènement d'un monde républicain.

liberty_
Soit symbole de défi par la Révolution soit victime du capitalisme, l'enfant a gagné un nouveau statut dans la société. La vague de Protestantisme après la chute de Napoléon III en 1870 assure l'amélioration de leur position, aidée aussi par la révolution médicale à la fin du siècle, et la connaissance croissante de la psychologie.
Le XIX siècle a été témoin non seulement des Révolutions entre le peuple et le gouvernement, mais également de la position des enfants en France, grâce aux compagnes de réformes; l'Etat est devenu responsable pour le bien-être des enfants. L'influence des nouvelles valeurs bourgeoise de la famille et le courant libéral ont mené à l'intervention de l'Etat dans les domaines de l'éducation et du travail, ce qui a permis aux enfants de profiter plus longtemps de leur jeunesse.





نموذج الاتصال
NomE-mailMessage