3366763399909077
recent
أخبار ساخنة

لويس لوغران: ما البيداغوجيا الفارقية؟

الخط


















PÉDAGOGIE DIFFÉRENCIÉE  
Définition proposée par Louis Legrand in Dictionnaire encyclopédique de l’éducation et de la formation de Nathan.  
Louis Legrand:
L'expression «pédagogie différenciée», ou « différenciation de la pédagogie », est relativement nouvelle dans le vocabulaire en usage dans le contexte français. Il nous souvient l'avoir introduit dans le cadre de l'expérimentation sur les collèges conduite par l'Institut pédagogique national (ancêtre de l'INRP) dans les années 1970.
Mais il est clair que la notion, sous des formes diverses, est bien antérieure, et qu'elle remonte à des préoccupations ancestrales d'adapter l'enseignement à la diversité des élèves. Ce souci n'a pourtant véritablement pris une dimension institutionnelle qu'avec le développement d'un enseignement populaire au XVIII siècle. Une individualisation préceptorale, ou même l'enseignement individualisé des écoles presbytérales, pratiquaient la différenciation sans le savoir et de façon purement empirique, au gré de la sensibilité des enseignants. Par ailleurs, les effets spontanés des groupements sociologiquement déterminés, l'« école des riches et l'école des pauvres », introduisirent très tôt une différenciation, pour ainsi dire, naturelle et non théorisée. Mais il a fallu l'ère des Lumières, avec ses préoccupations de démocratisation et d'égalité, conduisant à imaginer, avec Condorcet, une école unifiée là où régnait une division institutionnelle, pour voir apparaître les controverses explicites sur l'unification et la différenciation de l'enseignement.
Une différenciation institutionnelle originelle
Différencier l'enseignement peut avoir deux sens complémentaires. Il s'agit, dans tous les cas, de prendre en compte la réalité individuelle de l'élève. Mais cette prise en compte peut se faire en considération de deux objectifs différents: ou bien adapter l'enseignement à la destination sociale et professionnelle des élèves, ou bien, un objectif pédagogique commun étant défini et affiché, prendre en compte la diversité individuelle pour y conduire.
La première sorte de différenciation a été spontanément sécrétée par la création et le développement d'institutions de formation en fonction des besoins d'instruction nés du développement économique et technique, nés également des concentrations urbaines et du développement de l'industrie. Il s'agissait tout autant de retirer les enfants de la rue que de les former.
Un texte célèbre de Destutt de Tracy, écrit en 1800, explicite de façon très claire les objectifs et la nature de cette différenciation institutionnelle. Dans son esprit, il y a deux classes d'hommes: la classe ouvrière et la classe savante. Ces classes sont telles, naturellement: c'est leur destinée. Ceux qui appartiennent à la première sont appelés à travailler très tôt de leurs mains. Ceux qui appartiennent à la seconde sont appelés à diriger. Du point de vue éducatif, les premiers ont besoin d'une formation courte et efficace, leur permettant de tenir leur place de travailleurs dans la société: paysans, ouvriers, artisans. Les seconds, au contraire, ont besoin d'une formation qui leur fasse comprendre le fonctionnement de la société. Leur formation doit être théorique et sera plus longue que celle des ouvriers.
Ainsi s'amorce, de façon déjà fort élaborée, la conception d'un système éducatif dual où l'on voit se dessiner l'enseignement primaire et l'enseignement secondaire. C'est là la première forme de différenciation qui perdurera pratiquement jusqu'après la guerre de 1939-1945. La mise en cause de ce système dans les perspectives de l'école dite « unique » était déjà présente chez Condorcet avec les «écoles centrales», mais il faudra attendre les années 60 pour la voir aboutir en France dans la réforme de 1959 et dans les évolutions qui ont suivi. Entre-temps va naître et se développer un système intermédiaire, celui de l'enseignement primaire supérieur, en même temps que se développaient également des emplois plus élaborés dans le commerce et l'industrie. Cette différenciation spontanée de l'enseignement comprenait à la fois des aspects de contenu et des aspects de méthode.
L'enseignement primaire cherchait à développer les instruments d'une action concrète: lire et compter, écrire des lettres simples avec une orthographe systématisée de façon pratique. Le système métrique était à l'honneur. Ajoutons la morale et l'instruction civique pour le futur citoyen républicain. L'enseignement secondaire, en revanche, prenait le temps de la distance conceptuelle et culturelle. Les études classiques, avec le latin et le grec, dominent l'ensemble. Les mathématiques sont gratuites: arithmétique abstraite, géométrie démonstrative, algèbre. Les langues vivantes visent plus la culture que la communication.
L’évolution des emplois vers une intellectualisation grandissante et la nécessité d'adapter les institutions de formation à cette exigence nouvelle ont conduit progressivement à souhaiter et à définir des systèmes éducatifs moins ségrégatifs, au moins dans la formation obligatoire. De là, dans tous les pays développés, la création, à partir des années 1940 et surtout après la Deuxième Guerre mondiale, de systèmes éducatifs unifiés. De là, aussi, un brouillage des repères traditionnels pour les parents avec la définition et l'imposition d'un autre mode d'orientation que le choix spontané des écoles par les «consommateurs». Mais, du même coup, sont nés des problèmes nouveaux. La différenciation va apparaître plus comme l'adaptation d'un enseignement unifié à la diversité des élèves que comme l'adaptation des élèves aux exigences des objectifs socio-économiques. Dans ces conditions, elle va mettre en cause et les contenus et les méthodes des établissements autrefois séparés.

La différenciation comme technique éducative
De 1959 à 1980, il faudra attendre vingt ans pour voir émerger progressivement et être prise en compte officiellement cette nouvelle différenciation de la pédagogie (Legrand, 1986). L’unification progressive du système secondaire inférieur dans lesdits «collèges d'enseignement secondaire » sera caractérisée par le maintien de deux filières principales: secondaire classique et moderne d'une part, pour les élèves jugés avoir atteint le niveau d'entrée en Sixième; dite de transition, d'autre part, pour les élèves jugés n'avoir pas acquis ce niveau. La première filière conservait les caractéristiques de l'enseignement secondaire. La seconde était pourvue d'une pédagogie originaire, inspirée des méthodes actives. Le ministre René Haby unifie en 1975 les classes de Sixième et Cinquième (cycle d'observation) en essayant d'y généraliser la méthode active. La différenciation institutionnelle ne devait plus intervenir, à titre transitoire, qu'au niveau des classes de Quatrième et de Troisième avec la filière dite pratique, et, au cycle d'observation, dans des activités dites de soutien au sein des divisions hétérogènes.
En 1981, avec l'arrivée de la Gauche au pouvoir, le parti est pris d'une véritable différenciation de la pédagogie au niveau des collèges, mais il faudra attendre 1990, avec le ministre Lionel Jospin, pour voir cette conception atteindre l'école élémentaire avec le système des cycles. Entre-temps, des études approfondies en sciences de l'éducation, menées sous la direction de Louis Legrand par les équipes de l'Institut pédagogique national (devenu INRP) et par des universitaires comme Jean-Pierre Astolfi, Philippe Meirieu, André de Peretti, et en Suisse, Linda Allal, Jean Cardinet, Philippe Perrenoud, conduisirent à considérer la « pédagogie différenciée » comme une variante de la « pédagogie de maîtrise» (Astoffi, 1992; Meirieu, 1987, de Peretti, 1987, Allal, Cardinet, Perrenoud, 1978).
- La pédagogie de maîtrise
C'est Benjamin Bloom, qui le premier, a posé les principes d'une telle pédagogie à Chicago vers 1971-1974 (Bloom, 1979). Il a résumé sa conception dans un schéma dont le commentaire permettra de préciser les voies d'approfondissement de la pédagogie de maîtrise.
L’Essentiel de la pédagogie de maîtrise est l'encadrement temporel de l'apprentissage par des prises d'information objectives avant et après son déroulement, portant sur les données cognitives et affectives. L'évaluation que l'on appelle formative, précisément pour ses fonctions régulatrices, devient un élément essentiel de l'enseignement. Contrairement à la pédagogie classique qui part des programmes a priori et prétend les enseigner de façon semblable aux élèves, la pédagogie de maîtrise essaie de mettre ces contenus de programme à la portée des individus dont on connaît les caractéristiques cognitives et affectives avant l'action pédagogique. L'action ayant été conduite dans des conditions adaptées, on cherche à connaître objectivement les résultats obtenus en vue d'une reprise éventuelle quand l'action pédagogique n'a pas obtenu les résultats escomptés. De là un retour en boucle qui tient compte de ces nouvelles informations.
L’Essentiel est donc ici la qualité des prises d'information en fonction des objectifs pédagogiques visés. C'est bien l'analyse des caractéristiques de départ et des résultats obtenus, c'est-à-dire les connaissances mais aussi les attitudes affectives, qui est primordiale. Et c'est sur ce point que l'on rencontre, comme préalable à l'analyse, la méthode initiée par Bloom et ses équipes, connue sous le nom d'analyse des objectifs pédagogiques. Ce qui suit en découle: les techniques formelles de l'évaluation et les différentes situations d'apprentissage possibles qui ressortissent les unes et les autres à la qualité de l'enseignement.
- L'analyse des objectifs pédagogiques
(taxonomies)
L'analyse des objectifs est un vaste domaine qui a connu une vague exceptionnelle dans les années soixante-dix. L'idée centrale est qu'il convient de ne pas mettre l'accent sur les contenus des
Caractéristique de l'élève
Enseignement
Résultats de l'apprentissage
Comportements cognitifs


de départ


Caractéristiques affectives
Tâches d’apprentissage
Niveau et type de rendement
de départ

Vitesse d'apprentissage


Résultats affectifs

Qualité de l’enseignement


programmes mais sur la manière dont les élèves peuvent les aborder et les maitriser. C'est ce qu'on a appelé « la traduction des programmes en comportements observables des élèves ». De telles analyses sont du plus haut intérêt pour la différenciation de la pédagogie. Dans sa forme la plus élaborée à notre point de vue, celle de Louis d'Hainaut, l'analyse des objectifs synthétise de façon opérationnelle en pédagogie les apports de la psychologie génétique de Piaget, ceux de la psychologie différentielle, en particulier de Vernon et de Guilford, les analyses enfin du fonctionnement de la mémoire (d'Hainaut, 1977).
- Les apports de la psychologie génétique
Au cours de la scolarité obligatoire, les élèves sont divers parce qu'ils atteignent de façon différente et à des âges différents les stades décrits par Piaget, Inhelder et ses équipes: successivement une pensée concrète, ayant besoin de supports manuels ou schématisés pour exercer un raisonnement procédant par îlots non coordonnés et, in fine, une pensée abstraite, procédant de façon hypothético-déductive à partir d'une analyse du donné en variables que le sujet combine a priori en tant qu'hypothèses, avant d'en déduire l'observation et l'explication du donné (Piaget, Inhelder, 1955).
La classification des objectifs cognitifs exploite ces données de la psychologie génétique dans la mesure où elle distingue les activités de simple mémoire littérale, les activités d'application des règles dans des situations strictement balisées par l'enseignement et la résolution de problèmes où l'analyse du donné précède le choix de la règle et l'application qui peut en être faite. Sont également pris en compte la nature des supports (figuratifs, symboliques, sémantiques ou comportementaux) et l'appel à la mémoire où évocation et mobilisation jouent un rôle important dans la plus ou moins grande facilité de l'activité intellectuelle.
- Les apports de la psychologie différentielle
Des psychologues anglais, Spearman, Burt et Vernon en 1952 et, plus tard, Guilford (1967), travaillant sur des batteries de tests d'intelligence, ont mis en évidence, par l'analyse factorielle, des facteurs de groupes (Reuchlin, 1977). La notion d'intelligence éclate ainsi en domaines distincts, selon que les activités intellectuelles portent sur des épreuves verbales, numériques, spatiales ou pratiques. Ces nouvelles conceptions intéressent la différenciation au niveau du cycle d'observation, «le même niveau global de réussite pouvant être atteint grâce à une supériorité relative se manifestant soit dans le domaine verbal, soit dans le domaine non verbal » (Larcebeau, cité par Reuchlin, 1977). Les services de l'orientation utilisent des tests collectifs permettant de caractériser les sujets suivant ces variables. Ce sont là des indicateurs intéressants pour les pédagogues utilisant la pédagogie de maîtrise.
Witkin, pour sa part, a mis en évidence d'autres caractéristiques intellectuelles. Il distingue deux «styles» cognitifs. L'un conduisant à analyser les données et à les interpréter à la lumière des intérêts et du savoir antérieur du sujet, l'autre, plus globalisant, sensible à l'environnement dans sa totalité, plus pointilliste et plus mouvant, retenant les détails mais parvenant difficilement à des synthèses schématiques qui, nécessairement, conduisent à opérer des choix et des simplifications (Reuchlin, 1977).
Antoine de La Garanderie, partant de l'analyse introspective des processus d'apprentissage chez les adolescents, a mis en relief le fait que les individus donnent plus ou moins d'importance à l'audition ou à la visualisation. (La Garanderie, 1980).
En outre, la psychologie affective a mis en évidence que l'appétence cognitive ou le refus inconscient de l'apprentissage scolaire chez les élèves jeunes peut provenir de blocages affectifs acquis dans la petite enfance et même dès le berceau. Le milieu scolaire est porteur d'objets symboliques chargés d'affects facilitant ou freinant l'apprentissage (Postic, 1979). Des études de psychosociologie, comme celles de Jacques Lautrey ont mis en lumière l'importance des codes sociaux vécus en famille pour la relation ultérieure aux savoirs (Lautrey, 1980).
La mise en oeuvre effective d'une pédagogie de maîtrise
L'ensemble des études contemporaines qui vient d'être évoqué conduit à préciser comment le maître, dans sa classe ou dans son établissement avec ses collègues, peut s'essayer à différencier sa pédagogie.
L'observation que le maître peut faire au cours de son enseignement reste le vecteur essentiel de la différenciation, mais il peut désormais le faire armé des études psychologiques et sociologiques qui manquaient dans les années cinquante et aidé du psychologue (conseiller d'orientation, psychologue scolaire). On peut désormais essayer de mettre en oeuvre des instruments de description plus raffinées.
Partir de ces observations pour adapter l'action pédagogique à la diversité constatée, telle est la tâche du pédagogue soucieux de différencier rationnellement son enseignement. La pédagogie pratiquée par les professeurs est, de façon spontanée, liée à l'institution par tradition, et à leur personnalité chez les innovateurs. Différencier la pédagogie de façon rationnelle, c'est en quelque sorte, se faire violence pour prendre en compte la nature de l'élève en contrepoint de sa nature propre et des contenus de savoir fixés par l'institution. Tout n'est pas à inventer, heureusement.
En matière d'objectifs, le professeur choisit dans les programmes, rédigés la plupart du temps en termes de contenus, ce qu'il enseignera préférentiellement. Un choix rationnel devra s'appuyer sur l'analyse des programmes en termes d'objectifs.
En matière de processus, le professeur part habituellement des contenus élaborés (faits, lois, règles), les expose et les fait appliquer dans des exercices corrigés ultérieurement pour en contrôler l'assimilation. Il peut au contraire faire réfléchir les élèves sur des données brutes, en les incitant à trouver les constantes, les lois, les règles qui seront ensuite discutées en commun et appliquées.
L'accès aux concepts et aux lois étant posé comme objectif, l'apprentissage pourra se faire, soit déductivement, soit inductivement, à l'intérieur d'un univers conceptuel. Il pourra au contraire faire appel à des contacts intuitifs avec un domaine concret. C'est le cas particulier de l'enseignement des mathématiques qui pourra conduire à rechercher les théorèmes et les règles à partir d'un matériel schématique, voire manipulé, ou, au contraire, le fera dans le seul univers conceptuel. Il appartient au professeur, en fonction des objectifs retenus et des contenus afférents, d'apprécier la distance conceptuelle qu'il entend faire parcourir.
En matière de langage, le professeur peut convier l'élève à utiliser des langages de nature variée: oral ou écrit, schématique, symboles abstraits, matériel.
L'enseignement pourra être collectif ou individualisé. Il pourra mettre l'élève dans des situations d'autonomie ou pourra le guider de façon plus ou moins stricte. Dans les situations relationnelles d'apprentissage, le professeur sera plus ou moins «froid», «lointain» ou, au contraire, personnel et affectueux. Le propre d'une différenciation de la pédagogie est donc d'utiliser ces différentes situations en fonction du public traité et non plus en fonction de l'expression spontanée de la propre personnalité du maître. Il est clair que, dans un enseignement collectif, une telle individualisation est impossible. C'est pourquoi on peut se rallier volontiers à la proposition d'André de Peretti: le style personnel doit faire place à une pédagogie variée, utilisant toutes les ressources des types d'apprentissage (de Peretti, 1991).
Adapter les structures
La description liminaire d'une population d'élèves divers conduit à reconnaître des types de comportements statistiquement délimités. Il sera toujours profitable de travailler sur des groupes plus nombreux que la division particulière de 25 à 30 élèves. La constitution de groupes ad hoc sera plus facile et plus économique dans des ensembles de 3 ou 4 divisions. Et surtout, la passation de tests et les décisions d'observation seront faites plus facilement en groupes de professeurs au sein desquels la confrontation produira nécessairement une prise de conscience salutaire par décentration. Les structures possibles d'établissement favorables à ces prises de décisions collectives et aux échanges de service qui en découlent sont désormais bien connues (Astoffi, 1983).
La différenciation de la pédagogie apparaît aujourd'hui comme l'aboutissement d'évolutions déjà anciennes. Elle synthétise des tendances spontanées, liées à des choix politiques et sociaux, et les apports récents des sciences de l'éducation. Comme telle, elle est la pédagogie de l'avenir qui devrait inspirer les législateurs, tant en ce qui concerne les orientations générales de leur politique que la formation des maîtres, encore très éloignée de ce que l'on pourrait espérer.
Louis Legrand


نموذج الاتصال
NomE-mailMessage